Notre super Doblo...

humeur:societe:doblo.jpg2003. Notre Punto est à bout de course. Nous cherchons un véhicule assez grand pour nos voyages aller-retour en Bretagne avec chien et oiseaux. Notre choix se porte sur la Fiat Doblo, à cause de son rapport qualité-prix apparemment intéressant et d'un volume intérieur confortable. Nous ne sommes pas très fortunés, et nous faisons donc appel à notre super-banque pour le financement…
En août 2003, nous nous lançons dans l'aventure. La consommation annoncée par le marchand est “aux environs de 7 litres aux 100, voire moins, 9 litres si vous poussez…” En fait, nous avons tôt fait (pas assez tôt, en fait, on avait déjà acheté…) de découvrir que la consommation est en réalité supérieure d'un litre en roulant raisonnablement (8 au lieu de 7), et d'un litre est-demi en “poussant” (10,5 au lieu de 9). Nous acceptons cette rançon de notre manque de prise d'information tant bien que mal…
Un beau jour de 2005, la voiture semble “tourner sur trois pattes”. Nous nous empressons de prendre rendez-vous chez le concessionnaire, d'autant plus que nous sommes à quelques jours de la fin de garantie constructeur. Impossible d'obtenir un rendez-vous avant une dizaine de jours.
Pas le choix, bien entendu. Nous roulons sur trois pattes en priant le dieu des automobiles de ne pas nous laisser tomber.
Vient le jour tant attendu de la délivrance. Diagnostic : Une bobine a rendu l'âme (en fait il y a sur ce modèle une bobine par bougie, montée directement sur le bloc-moteur). Notre garagiste nous annonce que ça va nous coûter 80€ juste pour la pièce, plus la main d'œuvre.
Je questionne un peu, et finis par apprendre que Fiat connaît le problème, il y a un défaut dans ces bobines, qui fait qu'elles ne tiennent pas à la chaleur, l'isolant se fendille et crée des fuites électriques fatales à l'allumage. Le constructeur a d'ores et déjà changé de type de bobine. Je me permets de faire remarquer au concessionnaire que nous venons tout juste de dépasser de quelques jours la limite de garantie.
La réponse ne se fait pas attendre : “Ne vous en faites pas, j'appelle tout de suite le siège pour vous obtenir une prolongation suffisante pour remplacer vos bobines”. Bon, que je dis, merci, que je fais. Mais après quelques minutes d'échange téléphonique, nous comprenons que ça va être pour notre pomme.
Ceci dit, aucun effort de la part du garage pour alléger la douloureuse. Nous avons donc dû payer plein pot pour un défaut de fabrication reconnu par le constructeur !!!
Et comme prévisible, quelques 1000 km plus loin, nouvelle panne (une autre bobine). Je décide de les changer toutes moi-même, pour au moins économiser la main d'œuvre.
bilan : 380€ pour réparer un défaut d'origine connu du fabricant !!!! Merci Fiat….

2006. Un voyant “défaut moteur” s'allume sur le tableau de bord. Nous fonçons voir le concessionnaire du coin (non, je ne donnerai pas de nom ici, ce serait trop méchant…). Un diagnostic automatique est effectué. Apparemment, problème informatique. “Nous avons rechargé le programme”, nous est-il dit. Il s'agit en fait d'une pression sur le bouton “effacer le défaut” de la console de test… Le véhicule nous est rendu voyant éteint. Retour vers l'appartement. A mi-chemin, le voyant de rallume. Retour le lendemain chez le même concessionnaire qui met le problème sur le dos de l'arpète de service qui n'aurait soit-disant “pas rechargé le programme à fond” (ouaf ouaf…). Un mois plus tard, même problème. Le concessionnaire (oui, toujours le même…) nous dit qu'il ne trouve rien d'anormal. Suppression du symptôme. Une semaine après, réapparition du même problème. Bon, j'en passe… Finalement, après moult péripéties, il s'avère qu'une “sonde lambda” est la cause du problème. Elle est changée. 300€ de plus !!!
A peine rentrés, le voyant se rallume !!! Et croyez-moi, les 300€ sont non remboursables !!! Nous décidons de faire une croix sur le fameux concessionnaire, et de faire appel à une boutique un peu plus grosse (concessionnaire aussi…). Un nouveau contrôle nous renseigne sur l'absence d'urgence liée à cette panne. Nous décidons de continuer à utiliser la voiture en l'état.
2007, notre voiture tourne bien rond, mais nous sommes toujours un peu inquiétés par ce voyant obstiné.
2008, année du contrôle technique. Notre nouvel interlocuteur nous signale qu'il faudrait régler le problème latent pour aborder le contrôle dans de bonnes conditions. Mais l'argent ne coule pas à flot, et l'idée de dépenser encore 300€ pour une sonde ne nous sourit guère. Le concessionnaire me dit pouvoir “s'entendre” avec le contrôle technique pour faire passer malgré le problème.
De fil en aiguille, nous décidons enfin de faire contrôler (et éventuellement changer) les deux sondes (entrée et sortie du pot d'échappement). La voiture est conduite au garage en août 2008. Nous donnons par téléphone notre feu vert pour le démontage.
Dans la journée, coup de fil du garage : “Nous avons cassé une des deux sondes, on n'a pas pu la démonter. De touters manières, le pot est à changer aussi”. Nous nous rendons sur les lieux pour discuter un peu plus avant.
Etant donné qu'iln'y a apparemment aucun moyen de désolidariser la sonde du pot, et que celui-ci est annoncé comme défectueux, nous n'avons guère le choix: Il faut remplacer l'ensemble. Cette fois-ci la douloureuse se monte à la bagatelle de 2750€ !!!

Lors de la récupération de la Doblo, je demande à voir le pot incriminé. Apparement,une sonde a réellement été cassée (rouille excessive) dans le pot. Quant à celui-ci, l'aspect de la mousse de platine me semble étrange. Elle semble en bon état, à part à l'entrée du pot où elle semble avoir été “tripatouillée” et présente un trou. Mais bon, je ne suis pas spécialiste, et je n'insiste pas. Reste à allonger la monnaie…

Tout récemment (décembre 2008), le fameux voyant s'allume à nouveau. Imaginez la moutarde qui me monte au nez… Je téléphone au garage, et dois insister lourdement pour obtenir un diagnostic gratuit, et leur dis gentiment que s'il s'agit de la même panne, je ne vais pas être content.
Mais avant même le diagnostic, je réfléchis à ce que j'ai vu en août, j'en parle autour de moi, je compare avec notre autre véhicule (honda de plus de 10 ans, 264500 km et pot d'origine) et je suis de moins en moins certain que ce pot était réellement défectueux.

J'envoie donc dans la foulée le mail ci-après au siège de Fiat (service clientèle) directement à partir du site de la marque.

Plus d'une semaine plus tard, pas de réponse

Enfin, une lettre de Fiat, datée du 29 décembre, et Quelle lettre !!! On sent l'intérêt énorme porté aux clients…

  • Tout d'abord, je n'ai “transmis” aucun document, tout est dans le mail ci-dessus.
  • Puis arguer de la fin de garantie (hé oui, plusieurs jours, quand même…) pour faire payer au client un défaut connu du constructeur témoigne d'une grande délicatesse…
  • Ensuite, qualifier d'“incident” une anomalie à 2700€, pardonnez-moi du peu…
  • Enfin, ne même pas relever la remarque à propos de la sonde cassée ou du “trou” dans la mousse de platine, ça relève de la mauvaise foi pure et simple !

Bon, après tout, ces bagatelles ne m'auront coûté que 3130€, rien, somme toute…

humeur/societe/fiat.txt · Dernière modification: 28/07/2019/ 20:39 (modification externe)